Des jeunes YFU en intégration à Sainte-Croix

Institution Sainte-Croix Provins association YFU

Chaque année, ce sont environ 4.000 étudiants et 4.000 familles qui choisissent de découvrir une autre culture à travers les échanges YFU. Denisse, Peter et Pablo font parti de ces 4.000 jeunes et ont intégré l'institution Sainte-Croix pour suivre leur année scolaire à l'étranger.

Aujourd’hui, Youth For Understanding est l’une des plus anciennes et des plus importantes organisations internationales d’échanges interculturels. Présente dans plus de 50 pays, YFU a offert à plus de 220.000 jeunes la chance de participer à cette ouverture sur le monde et sur eux-mêmes, grâce au soutien de milliers de bénévoles.

YFU propose des programmes destinés aux jeunes de 15 à 23 ans, de durées variées (de 2 mois, 3 mois, un semestre ou une année scolaire) et avec un contenu adapté à votre profil de scolarité dans un lycée étranger avec les jeunes de la localité, ou dans un Community College, programmes thématiques).

Plus de renseignements sur https://association.yfu.fr

L'an prochain, Florian, lycéen à Sainte-Croix, partira à son tour pour un semestre en Allemagne. Nous ne manquerons pas de revenir sur son expérience et de vous donner de ses nouvelles !

Institution Sainte-Croix Provins association YFU

L'association recherche des familles d'accueil pour l'année scolaire 2018/2019. Vous voulez vous ouvrir au monde ? Donnez la possibilité à un jeune étranger de venir étudier à Sainte-Croix ! N'hésitez pas à nous contacter !

 

DU CÔTÉ DES JEUNES YFU

PETER Slovaquie, 17 ans, 1re L . Sportif, curieux et ouvert, toujours le sourire, très positif !

Pourquoi avoir choisi la France, Provins et en particulier Sainte-Croix ? J'ai choisi la France pour la langue que j'ai commencé à apprendre chez moi. Je ne disais que quelques mots en arrivant, aujourd'hui je parle couramment, c'est super ! Du coup, je peux parler le slovaque bien sûr (ma langue maternelle), l'anglais qu'on apprend en parallèle chez nous, l’allemand (scolaire), le russe (par ma grand-mère) et le français maintenant ! J'aime aussi cette culture qui fait rêver et qui est très riche de tout. C'est ma famille d'accueil qui a choisi Sainte-Croix. Le principe de Y.F.U, c'est de faire comme pour ses enfants, alors comme mon frère d’accueil était à Sainte-Croix… il a pu me parrainer et je ne me suis pas senti tout seul en arrivant. J'ai été accueilli de façon très personnelle, pas juste administratif, j'ai été reconnu tout de suite et c'est important en plus d'être attendu.

En quoi cette expérience va ou peut-elle te servir ? Y.F.U c'est une super aventure pour moi, c'est une porte sur le monde (é-changer le monde, make the world your home…) et c'est aussi l'occasion de se tester loin de chez moi. On sort de sa zone de confort, c'est vraiment une expérience qui fait grandir. L'année prochaine, je serais en Russie…

Maintenant que tu es ici, est-ce l’image que tu te faisais de la France ? L'image que j'avais de la France, c'était surtout l'image de Paris que le monde entier reçoit et l'importance de la nourriture. L'animation, le luxe, le tourisme, Tour Eiffel, etc… mais la France, ce n'est pas que Paris ! J'ai découvert la vie en dehors qui est pleine d'habitudes et de quotidien, comme chez moi finalement.

T’es-tu bien adapté à notre culture ? Trouves-tu des choses « bizarres » chez nous ? J'ai pris goût aux repas à table (chez nous on se réunit moins pour manger, sauf le dimanche), à la vie en famille à la maison (en Slovaquie on est plus tous à l'extérieur), mais en fait on n'est pas si différent en Europe de l'Est. Par contre je suis super choqué que personne ne parle anglais ici, même pas en cours d'anglais ! Je suis super étonné qu'ici les jeunes ne soient pas actifs en groupe et en dehors du lycée. Les horaires sont horribles, on ne peut rien faire après les cours, il est trop tard ! Je me dis que les jeunes français n'ont pas de vie en dehors. Ils pensent tellement à leurs notes que le reste devient pas important. Pour moi c'est le contraire ! En Slovaquie, le système est très différent. Les notes vont de 1 à 5, compris on passe, pas compris on reprend… mais surtout on fait beaucoup plus d'activités à partager et on se retrouve beaucoup plus après les cours. On fait aussi beaucoup la fête !!!

Peux-tu nous raconter une anecdote rigolote en rapport avec ton séjour ? Je n'ai rien de spécialement drôle à raconter parce que je ne suis pas drôle, et ma famille d'accueil non plus (ah ah) !

En dehors de l’école, comment occupes-tu ton temps libre ? Je vais régulièrement à la salle de sport pour faire de la musculation (ça fait tard, mais tant pis) et je suis aussi à un club de boxe. Je cours quand il fait beau et je vais à la piscine. On écoute beaucoup de musique, on n'a pas du tout les mêmes goûts, ma mère d'accueil m'oblige à écouter du rap français, c'est terrible ! (ironie bien sûr). On se découvre et on parle parle parle…

A quoi ressemble ta vie au sein de ta famille d’accueil ? Je vis une vie de famille normale je crois, c'est tout simple. J'ai découvert une passion pour les chats et je fais vraiment comme chez moi sauf que là je suis plus en famille direct. C'est plutôt étonnant parce que je ne pensais pas pouvoir vivre au milieu de la campagne, sans la vie urbaine.

Peux-tu nous raconter brièvement une journée d’école dans ton pays ? En Slovaquie, les cours commencent à 8 heures et finissent à 12 ou 13 heures. Je ne me plaindrais plus jamais de finir à 13 heures, car ici c'est une chance ! Ensuite on fait tous des activités, soit au lycée, soit en dehors. On se retrouve souvent tous pour aller en ville et faire la fête avec les amis.

PABLO Mexique

Pourquoi avoir choisi la France, Provins et en particulier Sainte-Croix ?
Depuis longtemps j’avais envie d'explorer la culture française. La Culture pour moi c’est tout l’ensemble de l’histoire du pays, la nourriture et la vie en famille en France. YFU est responsable de trouver une famille d’accueil et de la valider. Après c’est la famille qui va choisir le lycée, pour moi c’est Sainte-Croix.

 

En quoi cette expérience va ou peut-elle te servir ?
Cette expérience c’est une des meilleures expériences de ma vie parce que c’était comme un rêve qui est devenu réalité. En tant que personne je pense que cette expérience m’a fait changer, avec toutes les expériences que j’ai eu depuis septembre je me considère plus mâture et je peux dire aussi que j’ai une deuxième famille.

 

Maintenant que tu es ici, est-ce l’image que tu te faisais de la France ?
Avant de partir en France j’avais des clichés sur les Français et des idées de la France. Maintenant depuis sept mois que je suis en France je pense que quelques uns sont vrais, comme par exemple la nourriture ! J’adore la nourriture française. Je pensais que tous les français étaient tout le temps en visite à Paris mais non, beaucoup de mes amis ne connaissent pas les musées par exemple.

 

T’es-tu bien adapté à notre culture ? 
Maintenant je suis très bien adapté, depuis sept mois j’ai mes amis au lycée, je parle français et le plus important c’est que j’ai une très bonne relation avec ma famille d’accueil.

 

Peux-tu nous raconter une anecdote rigolote en rapport avec ton séjour ?
Je vais vous raconter une anecdote que j’ai eu au lycée un des mes premiers jours en France. C’était le troisième jour en France et je ne savais pas parler français, je suis arrivé au lycée et quelqu’un me disait que l'on avait contrôle de physique, je suis arrivé et je savais pas comment répondre à chaque question. Bref, deux semaines après j’ai eu mon contrôle corrigé et j’étais prêt pour avoir zéro sur dix mais non ! J’ai eu sept sur dix ! Voilà c’était drôle d’avoir cette note comme première note en France !

 

En dehors de l’école, comment occupes-tu ton temps libre ?
En dehors de l’école je suis avec ma famille d’accueil à la maison. J’ai aussi suivi ma famille d’accueil en France dans différents centres culturels comme châteaux, bâtiments, musées et les voyages dans la famille. Je fais aussi partie de l’équipe de rugby à Provins, j’ai deux entraînements par semaine.

 

A quoi ressemble ta vie au sein de ta famille d’accueil ?
Avec ma famille je suis toujours en confiance et content avec eux. Ils sont toujours là si j’ai un problème. On rigole beaucoup tout le temps et on peut avoir des conversations très intéressantes. Déjà j’aime bien la nourriture française (et surtout le fromage et les plats de ma mère d'accueil), j’aime bien pouvoir connaître une culture très riche. Ici en France j’aime bien aussi avoir du temps pour réfléchir moi seul et penser comment je peux être meilleur. Au Mexique je pourrais pas faire ça.

 

Peux-tu nous raconter brièvement une journée d’école dans ton pays ?
Dans mon pays (le Mexique), un journée d’école commence tous les jours à huit heures du matin après on a quatre périodes de cours de 45 minutes. On a cinq minutes entre chaque cours. Après les quatre premières périodes, il y a la pause pour manger de 10:45 jusqu’à 11:10. Il n'y a pas de cantine mais il y a moyen de manger des tacos ou des quesadillas mais beaucoup apportent la nourriture de la maison. Après on continue les quatre autres périodes jusqu’à 14:25 et c'est fini. C’est comme ça tous les jours de la semaine de lundi à vendredi. Il n'y a pas de différence entre S , ES et L c'est la même classe pour tout le monde. Comparé à la France, nous avons des cours d'art, cinéma et photographie.

DENISSE Mexique, 15 ans

Pourquoi avoir choisi la France, Provins et en particulier Sainte-Croix ? Depuis que je suis petite j’ai toujours voulu apprendre le français, mais je n’ai jamais eu la chance de le faire, du coup je me suis dit que la France c’était probablement le meilleur pays pour y aller et l’apprendre, d’ailleurs je voulais connaître la culture française par moi-même, parce que je savais que c’est un beau pays, mais je voulais le voir et connaître la vraie vie quotidienne des Français et connaître le côté du pays qu’on peut ressentir juste par être là et pas que les clichés français.

En quoi cette expérience va ou peut-elle te servir ? C’est sûr que cette expérience va me servir à apprendre à valoriser mon pays et à l’aimer. Cette expérience m’a aidé à me rendre compte que même si ce sont des pays très différents, mon pays est aussi beau qu’ici et je suis fière d’où je viens. Cette expérience me sert aussi à grandir et mûrir puis que je me suis trouvée dans des situations où je ne me serais jamais trouvé chez moi, et j’ai appris à avoir un sens plus sérieux de responsabilité. Je peux dire aussi que cet échange m’a fait découvrir une autre version de moi, ce qui a fait un changement de personnalité en bien) j’ai appris à être patiente, à écouter les autres et à valoriser mes amis.

Maintenant que tu es ici, est-ce l’image que tu te faisais de la France? Non mais oui en même temps, l’image de la France comme pays est, en effet comme j’avais pensé un pays avec beaucoup de traditions avec une belle culture et des beaux paysages) mais j’avais jamais imaginé que ça aurait pu être plus que ça ! Je n’avais jamais imaginé l’ampleur de sa beauté en beaucoup de sens que je ne connaissais pas. Et quand il s’agit des gens, j’avais entendu que les français sont des personnes froides et j’avais peur de me trouver avec des gens méchants, mais c’est vrai qu’ici j’ai rencontré les plus belles personnes de toute ma vie, déjà avec ma famille d’accueil, je peux dire qu’ils ont un énorme cœur et ils sont vraiment chaleureux. Mais il n’y a pas qu’eux, j’ai rencontré aussi leurs amis et ils m’ont accueilli avec amour même s’ils n’avaient pas l’obligation de le faire et cela me rend très heureuse.

T’es-tu bien adaptée à notre culture ? Trouves-tu des choses « bizarres » chez nous ? Je peux dire que oui, je me suis bien adaptée à la culture française même si c’était dur au début de s’adapter aux horaires, maintenant j’ai l’habitude et ça va. Et oui, je trouve des choses bizarres chez vous ! par exemple les repas de famille, c’est curieux pour moi de voir comme on reste à table jusqu’au soir et on a 5 parties du repas ; l’apéro, l’entrée, le plat, le fromage et le dessert.  Ou le fait de manger au lycée le midi, puisque pour moi le midi c’est pour manger chez toi avec ma famille.

En dehors de l’école, comment occupes-tu ton temps libre ? A l’extérieur de l’école je fais de la guitare basse, et je joue dans le petit orchestre de mon village avec mes sœurs et ma mère d’accueil et je joue du tennis avec eux aussi.

A quoi ressemble ta vie au sein de ta famille d’accueil ? La vie dans ma famille d’accueil est très familiale, on voit souvent nos cousins, ou on va chez papy et mamie pour dormir chez eux ou pour manger. On a toujours quelque chose à faire avec ma famille d’accueil, et même si on sort pas tous le week-ends, on s’ennuie pas parce que mes sœurs sont super sympas et on rigole tout le temps.

Qu’est-ce qui te plait ici et que tu n’as pas dans ton pays ? La nourriture je dirais, il faut dire d’abord que chez moi la nourriture est très bonne mais la nourriture mexicaine et la française n’ont rien à voir l’une avec l’autre. Donc il y a beaucoup de recettes très bonnes ici en France qu’on a pas chez moi et que j’adore. Une autre chose qu’on a pas dans mon pays c’est la neige, cet hiver on a été faire du ski et c’était une des meilleures expériences de ma vie et c’est vrai que c’est une chose que je n’aurais jamais pu faire chez moi.

Peux-tu nous raconter brièvement une journée d’école dans ton pays ? Ma journée commence quand on se lève à 6:40 du matin, je descends pour déjeuner et ensuite je remonte m’habiller et ranger ma chambre si j’ai le temps. On fait de 25 à 30 minutes de trajet jusqu’au lycée, par fois en bus et parfois c’est soit ma mère ou mon père qui nous emmène. Après j’ai cours jusqu’à 12h05 et je mange à la cantine du lycée pour retourner en cours jusqu’à 16h30 ou des fois 15h20. On rentre chez nous à environ 17h30, ça dépend si on rentre en bus ou si nos parents viennent nous chercher. A la maison j’ai un peu plus de 3 heures pour faire mes devoirs, me laver et manger. Des fois j’ai le temps de regarder un film ou faire du sport. On mange en famille et après on part se coucher. Voilà ma journée.

DU CÔTÉ DES FAMILLES D'ACCUEIL

Témoignage de Nathalie, parent d’accueil de Peter

Après avoir reçu des amis de mon fils à la maison, dont un mexicain, nous nous sommes intéressé à Y.F.U et nous nous sommes lancés dans l'aventure car c'en est une vraie de vraie !
Famille nombreuse au départ, nous avons toujours à cœur d'élargir notre cercle et d'ouvrir notre maison. Alors naturellement lorsqu'on nous a proposé d'accueillir un jeune nous avons été partant de suite, un de plus on ne voit pas de différence !
Le principe de Y.F.U correspond en tous points à nos valeurs, à notre idée du partage, de l'ouverture sur le monde, de la découverte et des échanges culturels.
Les valeurs familiales et l'esprit bon enfant de l'association, frères et sœurs du bout du monde, font que l'expérience se vit en toute simplicité. Vraiment, je ne fais rien de plus que ce que je fais pour mes propres enfants. Nous n'avons qu’agrandit notre famille, quel plaisir !
En plus les jeunes qui nous arrivent sont en général des jeunes très autonomes, toujours positifs et plein de ressources. C'est une vraie richesse de les recevoir. Ce sont des aventuriers nouvelle génération !
Non, non, pas de travail "en plus", pas de lourdeur administrative, pas de réunions sans arrêt. Juste des moments d'échange avec d'autres familles, un super esprit (qui nous rappelle nos scouts), des émotions aussi, que du positif.
J'ai la chance d'avoir eu des jeunes exceptionnels pour le moment, mais ne le sont-ils pas tous pour avoir le courage de se lancer comme ça ?
Au quotidien je ne vois aucune différence côté organisation, le lycée est le même que pour mon fils, les horaires correspondent le plus souvent, notre quotidien se gère tout simplement à +1, c'est tout, sinon les solutions restent celles de nos enfants, rien de plus. Par contre les repas deviennent des moments encore plus privilégiés, les visites culturelles se multiplient et les richesses se partagent dans la bonne humeur !
Parents, parents d'accueil à qui l'on confie ses enfants... dans confier il y a confiance et c'est ce qui fait tout l'esprit de Y.F.U. C'est une association dans laquelle on se sent bien et utile.
Nous sommes vraiment ravis de cette expérience que nous considérons comme une chance pour nos enfants aussi. Mon fils (études de langues) est à présent animateur bénévole au sein de l'association, il est allé voir son ami au Mexique (où il a pu aller au lycée), en Norvège avec le petit grand dernier, et nous prévoyons un petit tour en Slovaquie chez notre fils d'accueil de cette année.
L'an prochain nous accueillons un jeune qui vient de l'équateur, changement total de culture ! Nous sommes déjà très impatients et c'est avec beaucoup d'émotion que nous irons le chercher tous en famille.

Interview de Christian, parent d’accueil de Pablo

Qu’est-ce qui vous a poussé à accueillir des jeunes YFU ?
Pour nous, il s’agit de l’envie de découvrir le monde sans bouger de la maison mais c'est aussi un engagement "politique" car le monde est petit et il vaut mieux apprendre de l'autre que de le combattre…
Depuis des années, ma femme et moi avions cette envie mais n’avions jamais pris le temps… puis les années sont passées… nous avions eu l’occasion d’accueilli pendant quelques jours des Sud-Africains, des Américains, mais aussi des Russes et nous avions envie que cela dure plus longtemps.

Comment avez-vous connu cette association ?
Complétement par hasard. Nous cherchions un engagement bénévole sur le Net et nous sommes tombé sur cette association. Elle avait de bons échos alors nous nous sommes lancé…

Une anecdote rigolote à propos de Pablo ?
Pablo est le quatrième jeune que nous accueillons. Pablo est tombé amoureux des traditions culinaires françaises et du fromage : tartiflette, fondue, raclette, etc. Pablo a découvert le rugby. Pablo est arrivé avec 7 paires de chaussures… et il en a acheté une ou deux nouvelles à son arrivée !
Comme il ne maîtrisait pas tout le vocabulaire, il nous a annoncé qu'il pesait 300 kg !

 

D’autres témoignages de familles sur https://accueillir.yfu.fr/temoignages-accueil

QUESTIONS À CHRISTIAN MAZUREK

Président de l’association YFU

Pour éviter de perdre son année de scolarité en France, peut-on suivre les cours français par le CNED et ainsi valider son année de lycée ?
Nous ne recommandons pas la poursuite des cours par correspondance pendant l’année d’échange mais cela est possible. En effet, l’étudiant doit s’adapter à une nouvelle culture et à un nouveau mode de vie tant dans sa famille d’accueil que dans son lycée. Bien que l’année ne soit pas reconnue par l’Education Nationale Française, YFU a des attentes vis-à-vis de l’assiduité et du comportement pendant les cours. Nous avons constaté que si les lycéens poursuivent leurs cours par correspondance leur intégration est pénalisée et ils subissent une pression sous forme d’obligation de résultat qui les empêche de vivre pleinement leur programme, ce qui peut avoir un impact dans la vie de famille et au lycée.
La France est en retard sur la validation des années. Les pays du nord de l’Europe, le Mexique et de nombreux pays valident l'année passée à l'étranger.
L'éducation nationale permet la validation d'une année passée en Allemagne.
Certains établissements scolaires valident la classe de seconde même si le jeune part pour le deuxième semestre ou même mais plus rarement si le jeune part le premier semestre de classe de première.
Il ne faut pas oublier que, en dehors de l’aspect scolaire, notre projet est aussi un gage de développement personnel, d'autonomie, de découverte d'une nouvelle culture, d’une nouvelle famille et d’un nouveau système scolaire.
D’autre part, cette expérience aura un impact positif sur le CV du jeune : preuve de maturité, d’ouverture sur le monde et de la maîtrise d’une langue étrangère.

Pour des séjours en Scandinavie ou en Europe de l’est, quelle langue est pratiquée à l’école et en famille ? (En Hongrie, le hongrois ou l’anglais ?)
Pour partir, les jeunes doivent passer un test d'anglais afin de pouvoir échanger un minimum avec la famille d’accueil dans les premières semaines. Dans les pays scandinaves et dans certains d’Europe de l’Est, la population parle couramment l’anglais. Nous demandons ce test pour nous assurer que les premiers pas du lycéen au sein de sa famille et dans son nouveau lycée se passent pour le mieux. L’anglais sert de langue tremplin et sera utilisé particulièrement au début du programme. Bien que la plupart des familles sélectionnées parlent anglais, nous attendons des étudiants qu’ils apprennent les rudiments de la langue du pays d’accueil, car elle fait partie intégrante de la culture locale. Les cours au lycée se déroulent dans la langue du pays d’accueil et en anglais dans une proportion variable en fonction de l'établissement scolaire.
Je connais personnellement un Mexicain qui est parti en Hongrie pendant 10 mois et qui, à son retour, parlait le hongrois couramment. Quelques années plus tard, il est retourné en Hongrie afin d’effectuer ses stages d'ingénieur.